La souffrance ultime de Vincent

Vincent a été réduit à une plante que l’on arrose puis que l’on débranche au gré des décisions juridiques, tout cela pour finir débranché par un praticien respectant scrupuleusement le protocole prévu par la loi Léonetti.