Handicap, programmes des candidats à la présidentielle au banc d’essai

handicap isoloir vote 

Le handicap n’est pas la préoccupation première des médias pour l’élection présidentielle. Les français ne s’y intéressent que lorsqu’ils sont eux-mêmes concernés. Mais que proposent les candidats? Petit tour d’horizon des programmes « handicap » très révélateurs de notre société. Par Philippe Barraqué.

Ordre alphabétique oblige, ouvrons ce banc d’essai avec les propositions de François Asselineau. La proposition 115 est un modèle du genre : « Rendre spontanée la prise en compte de l’accessibilité en l’insérant dans les cursus de formation de production de biens et de services et en incitant les associations et entreprises à intégrer la démarche d’inclusion du handicap dans leurs produits, leurs services et leurs locaux ». En langage d’énarque, tout est dit. Plus nébuleuse, la proposition 109 : « Aider les personnes en situation de handicap à se faire aider en rapprochant les informations de leur lieu de vie ». On cherche à comprendre.

  • Un programme court, technique, parfois hermétique, mais se souciant du bien-être des personnes en situation de handicap notamment grâce aux thérapies alternatives.

Si vous cherchez un programme novateur, proche des réalités quotidiennes du handicap, c’est sans contexte celui de Nicolas Dupont-Aignan. Il propose par exemple de financer les aménagements des véhicules adaptés aux personnes handicapées car, contrairement à certaines idées reçues, ces équipements restent à la charge des conducteurs ou des familles d’enfants handicapés. Le prix du véhicule ajouté au prix de l’équipement multiplie souvent par deux le prix d’achat. Actuellement, l’AGEFIP, l’organisme qui récolte les contributions des entreprises qui ne respectent pas le quota de 6% de salariés handicapés, finance dans certains cas les aménagements du véhicule et du poste de travail d’un salarié handicapé. D’ailleurs, Dupont-Aignan souhaite mettre en place un système de contrôle renforcé pour inciter les entreprises à respecter davantage le quota prévu par la loi de 1987. Très intéressante bien qu’utopique, l’idée de « favoriser les aménagements de véhicules et le covoiturage dans les entreprises entre les salariés valides et les personnes en situation de handicap. »

  • Un programme cohérent, avec des propositions de terrain comme la meilleure prise en charge de l’autisme, la reconnaissance d’un statut pour l’aidant, l’augmentation de l’allocation adulte handicapé (AAH) de 200 euros et la réorganisation des Maisons Des Personnes Handicapées (MDPH).

François Fillon déclare à qui veut l’entendre qu’il a travaillé son programme pendant deux ans et qu’il est le plus abouti. Sans doute pour « redresser la France », mais certainement pas dans le domaine du handicap. Dans ses propositions, on peut lire qu’il encourage les jeunes handicapés à faire des études supérieures. Encore faut-il qu’ils puissent être scolarisés, que les écoles, les collèges et les lycées soient aux normes d’accessibilité. Il nous parle de la formation des auxiliaires de vie scolaire mais pas d’augmenter leurs effectifs. Dans son programme, la personne en situation de handicap reste « une personne vulnérable », qui doit être entourée par sa famille, alors que le véritable challenge est qu’elle ne soit plus considérée comme un citoyenne de seconde zone, ghettoïsée, travaillant dans des entreprises dites « protégées », mais bien insérée dans la société, autonome et épanouie.

  • En clair, le programme de Fillon sur le handicap, très technique, n’apporte rien de neuf, pire il est fondamentalement conservateur et imprégné de compassion chrétienne. Il ne fait en rien évoluer les mentalités bien au contraire, il tend à faire régresser le vivre ensemble.

Et que propose Hamon? « Faire battre le cœur de la France ». Voyons s’il bat un tant soit peu pour le handicap. Le candidat frondeur fera de « l’accessibilité un des principes de la 6e république » et toujours aussi lyrique : « je sacraliserai le financement de places d’accueil en établissements sociaux, ou médico-sociaux », notamment pour les enfants polyhandicapés. Question emploi, les propositions manquent d’ambition comme le financement de l’aménagement des postes de travail et l’encouragement au télétravail.

  • On s’attendait à mieux avec en prime une faible revalorisation de l’AHH de 10%. Hamon, c’est Monsieur 10%, même pourcentage d’augmentation que pour le minimum vieillesse. C’est dire!

A la rubrique « Permettre à chacun de trouver sa place », les propositions de Marine Le Pen sur le handicap voisinent avec la revalorisation du travail manuel, du point d’indice des fonctionnaires et l’instauration d’un service militaire adapté. Cherchez l’erreur! Faisant suite à la proposition 87 concernant le maintien de l’interdiction de la GPA, on saute allègrement au domaine du handicap avec la proposition 88 qui propose : une revalorisation de l’allocation adulte handicapé, sans en préciser le montant, plus de moyens pour les MDPH, déjà citées plus haut, et une meilleure prise en charge de l’autisme – un thème récurrent chez plusieurs candidats, les associations sont certainement passées par là. La proposition 89 fait le grand écart entre l’accès facilité à l’emploi des personnes handicapées, la lutte contre les discriminations liées aux handicaps, le droit à l’oubli pour les personnes en rémission d’affection de longue durée et les normes d’accessibilité pour les malvoyants et les malentendants.

  • Un programme peu convaincant et écrit à la va-vite.

Le programme d’Emmanuel Macron est à l’image du personnage, des formulations souvent creuses et quelques rares propositions innovantes. Ce qui étonne de prime abord, c’est qu’il reconnaît bien que la loi de 2005 sur l’accessibilité est encore trop peu appliquée sans procéder à sa mise en œuvre effective. Ainsi, il donne « la priorité à l’accessibilité des transports publics et de la voirie », ce qui est déjà partiellement fait, mais ne prévoit pas l’accessibilité totale des lieux recevant du public. Il souhaite investir dans l’accessibilité numérique alors que beaucoup de sites le sont déjà. Etonnante aussi la mise en place « d’actions incitatives en faveur de l’accessibilité des cabinets médicaux », une proposition qui n’a aucun sens si la loi était respectée. Concernant l’évolution des mentalités, il veut instaurer « une sensibilisation systématique au handicap dans les écoles primaires et les collèges, en favorisant l’intervention de personnes concernées », une mesure qui ne coûte pas un centime à l’état! Lorsqu’il évoque la simplification des démarches pour les personnes handicapées en identifiant « un référent » qui s’en chargera, il entretient confusément l’image que la personne handicapée n’est pas une personne responsable, autonome, en un mot citoyenne à part entière. Question niveau de vie, « réduire la pauvreté des personnes en situation de handicap », c’est pauvre! Certes, l’AAH passe à 900 euros mais on reste dans l’assistanat socialiste. Pour l’accès au logement, Macron ouvre des portes ouvertes quand il précise que « les bailleurs sociaux devront identifier les logements adaptés pour les personnes handicapées et les personnes vieillissantes de leur parc », ce qu’ils font déjà! L’intégration des enfants handicapés en milieu scolaire ordinaire et la présence plus nombreuse d’auxiliaires de vie semblent actés. Côté travail, le respect des quotas de salariés handicapés dans les entreprises n’est pas mentionné, seules la lutte contre la discrimination et la labellisation spécifique pour les formations sont à l’ordre du jour.

  • Insuffisant. Le pouvoir de séduction du programme Macron opère dans « le dire » et s’arrête dans « le faire ».

Chez Mélenchon, l’humain est au cœur de son programme quand il déclare qu’une personne en situation de handicap ne doit pas être réduite à sa différence. Ses propositions, sans être révolutionnaires, sont pragmatiques. En premier, l’application totale de la loi du 11 février 2005 sur l’accessibilité des lieux publics qui devaient entrer en vigueur en 2015 et qui a été reportée aux calendes grecques par les gouvernements de François Hollande. L’objectif à atteindre : « zéro obstacle ». Il propose la titularisation des auxiliaires de vie scolaire et des moyens pour augmenter leur effectif. Autre mesure attendue, la revalorisation de l’AAH au niveau du SMIC pour les personnes handicapées qui sont dans l’incapacité d’exercer un emploi.

  • Des propositions intéressantes mais un programme somme toute un peu court.

Et Poutou dans tout ça? Rendez-vous page 29 de son programme intitulé « Nos vies, pas leurs profits ». Le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste indique qu’il y a douze millions de français touchés par un handicap – un chiffre à minorer quand on sait qu’il y a 370 000 personnes qui se déplacent en fauteuil roulant et 650 000 qui ont une déficience intellectuelle ou mentale. Il souligne à juste titre que les personnes handicapées sont mise à l’écart « pour réduire les coûts pour la société ou surexploités quand ils travaillent ». Une référence à peine appuyée sur les conditions de travail de certains ateliers associatifs et entreprises dits « protégés ». Il déplore également que « le maximum de l’allocation adulte handicapé est fixé à 808,46 euros, soit moins que le seuil de pauvreté. »

  • Pas si mal. Le NPA propose un minima des revenus et salaires fixés à 1700 euros nets et le respect des quotas d’emploi. A cela s’ajoute des mesures garantissant la gratuité des frais de santé et d’appareillage.

Et à la lettre R, comme Rien, sont relégués la défenseuse des « caissières » Nathalie Arthaud, le candidat des extraterrestres Jacques Cheminade et le berger égaré Jean Lassalle. Le handicap, la dépendance, peuvent nous concerner tous un jour. Certains politiques ne l’ont pas compris, égarés dans leurs combats idéologiques et leurs ambitions personnelles au détriment de l’intérêt collectif.

Philippe Barraqué, co-auteur avec Cesarina Moresi du livre « Handicap, un challenge au quotidien » aux éditions Jouvence – www.handicapchallenge.fr

livre Editions Jouvence Cesarina Moresi

Site partenaires   handicapchallenge.fr sansgluten.info planetevoix.net yogaduson.info – stop-acouphenes.fr
2017. Handis-moi tout – Philippe Barraqué – Tous droits réservés
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans accessiblité, différence, handicap, intégration

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s